AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Sans nom || croque-mort

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://crazy-stupid-life.forums-actifs.com
Nevada
J'ai posté : 502 hiboux, et me suis inscrit le : 22/04/2012

Ma Carte de Chocogrenouille
épouvantar:
patronus:

MessageSujet: Sans nom || croque-mort  Sam 30 Nov - 15:50

S. Warren Blackwood

« Parfois la vie ne peut réellement commencer qu’avec la connaissance de la mort, que tout ça peut se terminer même quand vous le désirez le moins. »
▬ The Jacket



identité

NOM : Blackwood
PRÉNOM(S) : Sean Warren
DATE DE NAISSANCE : 30 décembre 2062
À : New York
ÂGE : 37 ans
NATIONALITÉ : Américaine
MÉTIER : Thanatopracteur
SIGNE PARTICULIER : Survit comme il peu :siffle:

► Personnage inventé
► Célébrité choisie : Adrien Brody
► Groupe : Citoyens

Crédits : © AU (avatar) || © hollow art (icon)



HISTOIRE

« ll y a deux histoires : l'histoire officielle, menteuse, puis l'histoire secrète,
où sont les véritables causes des événements. »

— Balzac.


Avant que cette historie commence, l'auteur tiens à préciser que tout ce que vous allez lire est une histoire commune et s'excuse de la monotonie des faits suivants qui seront écrits, avec la plus grande lisibilité et propreté.

Petite présentation rapide :
Tout d'abord vous ne saurez rien de tout ce qui concerne l'enfance de Warren parce que si c'est pour finalement faire une analyse psychologique et prétendre que c'est la cause de sa manière d'être, ça ne servirait pas à grand chose. Tout ce qu'on vous dira est juste qu'il est naît, il a vécu et il est mort sans aucun regret. Pourquoi dis-je qu'il est mort ? Parce que quelqu'un qui vit comme il vit ne peut être que mort à l'intérieur. Il a connu la mort bien plus souvent que les trois quarts de New York. Et la raison en est valable non ? Il est croque-mort. Une enfance comme une autre, histoire normal de parent divorcé. Ah il va chez son père pour une fois. Non honnêtement ce n'est pas le plus intéressant de l'histoire. Comment vous faire prendre conscience que chaque personne n'a pas une vie palpitante à raconter ? Peut-être que si je vous le faisais sous forme d'interview, vous comprendrez mieux ? C'est peut-être mieux comme ça Warren parle pour lui-même.


Journaliste : Nous sommes en présence de Warren Blackwood, thanatopracteur ou plutôt croque-mort pour être vulgaire, qui va nous parlez de lui. Ce métier bien que très peu pratiquer est aujourd'hui plus utile que jamais quand on voit parfois ce qui se passe en ville. Bonjours, monsieur Blackwood.
Warren : Appelez moi Warren, j'ai toujours préférer ce prénom.
Journaliste : Bien Warren, quelques questions simple d'abord. Comment il est arrivé là ? Pourquoi  avoir pris ce métier qui avouons le n'est pas vraiment très commun.
Warren : je ne vous dirais qu'une seule chose. C'est que bien que ce métier ne soit pas commun comme vous dites il en faut pour tout les goûts. Et puis qui sait lorsque vous vous ferez renverser par une voiture, peut-être que je vous retrouverez sur ma table d'opération où je devrais vous embaumer et ne pas vous donner l'allure d'une personne morte, mais encore toute belle et presque pleine de vie.
Journaliste : Et comment on fait pour devenir croque-mort ? Je dois vous avouez que nous n'en avons pas la moindre idée.
Warren : Comment ais-je fais ? Comme vous le disiez dans votre paragraphe de présentation que j'ai agréablement lut, oui il m'a bien fait rire, j'ai vécu avec mon père. Pour que ce soit simple, c'est un métier qui se fait généralement de père en fils. Mon père est mort.
Journaliste : Ho je suis désolée pour vous
Warren : Ce n'est rien je n'en avais rien à faire de lui après tout. Ce n'était pas une homme bon vous savez, ni même aimant et je me demande si ma mère n'était pas un masochiste pour vouloir coucher avec un homme aussi minable que lui. En plus certaines rumeurs ont circulé sur sa mort comme quoi on l'avait assassiner, la vérité c'est juste qu'il est mort par une crise cardiaque. Ça touche tellement de monde ces temps-ci. En même temps je ne vais pas m'en plaindre cela me fait toujours du travail.
Journaliste : Les rumeurs circulent rapidement c'est vrai, nous en avions parler une fois dans nos journaux. Comme beaucoup, vous avez connus le monde avant la nano-bombe qu'est-ce que ça vous fait ?
Warren : Absolument rien. Je n'ai jamais été accroc à la technologie et qu'elle soit là ou pas ça change rien. J'avais 17 ans et le stéréotype du jeune à l'époque c'était un geek qui passait ces journées sur l'ordinateur. Mes journées je les passais dans le crématorium de mon père. J'étais un peu enfermé à l'intérieur et si mon paternel n'était pas rentré tenant son téléphone en main pour me crier que nous n'avions plus rien de technologique, j'aurais sûrement appris cette nouvelle trois ou quatre mois plus tard.
Journaliste : Donc quand vous étiez jeune vous étiez plutôt solitaire ? Pas d'amis, pas de copines et très peu de lien avec votre famille.
Warren : Ce serez mal me connaître de dire que j'étais solitaire dans ma jeunesse. En fait je pense que nombreux jeunes le sont dans leur tête, mais qu'ils préfèrent rester avec des gens pour éviter d'y penser. À part ceux qui sont atteint de troubles de la personnalité, nous sommes toujours tout seuls dans notre tête. Quoiqu'il en soit il est vrai que j'ai toujours beaucoup de mal avec les autres. C'est un peu stupide d'ailleurs parce que nous vivons en société. J'ai eu des amis de passages, ou des gens qu'on pourrait appeler amis dans ce milieu. Et niveau amour, ce sentiment répugnant j'ai déjà eu des relation sexuelle plus ou moins intense.
Journaliste : Nous y voilà, vous pourriez nous parlez un peu plus de ce côté sentimental. Après tout vous êtes quand même un charmant jeune homme, vous ne pouvez laisser certaines filles indifférentes.
Warren : Je n'ai jamais eu de succès avec les femmes. Sauf avec une. Ma femme. Elle était belle, elle avait les cheveux blonds, un visage éclatant et un sourire qui me faisait oublier tout les morts que je voyais chaque jour. Je ne savais pas non plus pourquoi elle restait avec moi. Je l'aimais réellement, pas seulement pour son physique. Contrairement à moi elle s'occupait des naissances à l'hôpital.  Nous nous sommes rencontrer par la mort puisqu'elle avait perdus son mai, mais semblait retrouver du réconfort en moi.
Journaliste : C'est tellement mignon !
Warren : Elle est morte. En même temps que notre enfant.
Journaliste : Je suis désolée à nouveau.
Warren : Ce n'est pas grave, comme je disais la mort fait partis du cercle de la vie, nous ne pouvons y échapper.
Journaliste : Bien passons à autre chose. Vous fréquentez réellement la mort de prêt. Qu'est-ce que ça vous fait ?
Warren : C'est mon métier, je fais avec.
Journaliste : Et en quoi consiste votre métier ?
Warren : C'est bizarre que personne ne sache ce que fait un croque-mort. Tout le monde nous craint, parce que nous amenons la tristesse, mais il en faut bien des comme moi. Je rends les gens beaux c'est tout ce que je leur fait en tout cas. Je les vide aussi de tout organes et ça c'est vraiment très amusant. Je ne suis pas un croque-mort comme les autres vous l'aurez remarquer. Il m'arrive parfois d'aller chercher des corps tués quelques part, comme dans le Sud. Je ne sais pas qui fait le crime, mais tant que j'ai de la matière pour travailler cela me convient.
Journaliste : En parlant de travail, est-ce normal de vous voir traîner parfois dans des endroits incsolites.
Warren : Vous savez mademoiselle ce n'est pas bien de se mêler de la vie des autres, ça peut vous amener beaucoup de problème. Le métier de thanatopracteur ne nourrit pas un homme comme moi, il faut donc que je trouve un autre moyen de subsistance.
Journaliste : Le trafic d'organe ? Vous pensez que Gordon approuverait réellement qu'un honnête homme comme vous fournisse le marché noir ?
Warren : Un honnête homme comme moi ? Qui a dit que j'étais honnête. Je fais juste mon travail. Quant à ce que Gordon peut penser de ce que je fais, je n'en ai strictement rien à faire et il faudrait déjà qu'il sache qui je suis. Qu'il descende un peu de sa tour d'ivoire je n'attends que ça de le voir en face.
Journaliste : C'est un peu radical comme solution
Warren : Je ne propose aucune solution, vous m'avez juste demander mon avis sur le gouvernement que nous avons. Tant qu'il ne se mêle pas de mes affaires je suis heureux, c'est tout.
Journaliste : Bien merci pour le temps que vous nous avez accorder, nous vous préviendrons quand l'article sera publié.
Warren : Faites donc j'attends ça avec impatience. Au plaisir de vous revoir.

Cette interview ne fut jamais publiée. La journaliste qui disposait de ce papier fut renverser par une voiture, et tout ce qu'avait dit Warren disparut. Ce dernier reçu la journaliste sur sa table et après avoir dit dans un silence « Vous vouez la mort frappe n'importe quand ! » il lui enleva les organes.



CARACTÈRE

« Un homme de caractère n'a pas bon caractère. »
— Jules Renard.


Un magnétophone sur la table d'opération, où se trouve un autre cadavre, une lettre dessus qui date d'un jour ou deux sur laquelle est écrit : « Nous n'avons pas parlé de votre caractère, peut-être pourriez vous dire quelques mots dessus que je retranscrirais après. ». Warren observe le magnéto. Il le pose à côté de ces instruments et le mets en route :

« Vous êtes vraiment stupide d'avoir oublié ça. Si vous continuez comme ça je pense que vous n'irez pas loin dans le métier. Je ne sais même pas ce qui vous a poussé à interroger un croque-mort tel que moi. Ça ne vous a sans doute rien apporter et je pense que vos patrons vous renverrons d'ici peu. Pitier ne venez pas me voir si c'est le cas, c'est vous la journaliste. Passons à autre chose, je me sens d'humeur généreuse aujourd'hui et pas seulement parce que je découpe un cadavre en vous parlant. Comme vous l'aurez compris je suis très solitaire, et je m'en contente très bien. Vous me direz tous égoïste, parce que je m'occupe de mes petites affaires, mais je suis sûrement moins égoïste que la plupart des gens. La preuve je les aide même dans la mort. En ce qui concerne le trafic d'organe, il s'agit surtout d'aider des personnes à survivre ailleurs dans le monde. C'est ma femme qui m'a appris ça et en ce qui concerne les choses illicites je ne suis pas le pire, vous verrez ça absolument partout. New York n'est qu'un trou où s'enferme la pourriture. Personne n'est meilleurs que les autres, mais ils sont tous dans une hiérarchie injuste. Le seul moment où ils ne le sont pas c'est sur ma table d'opération. C'est sans doute pour ça que j'aime autant la mort, elle permet de ne pas faire de favoritisme. Que dire de plus sur moi-même ? On me dit mélancolique, comme si j'étais triste d'avoir perdu ma femme. Dire que je ne le suis pas serait faux et signifierait que je n'ai pas de cœur, ce qui semblerait absolument impossible d'après moi. C'est un organe très intéressant, mais rarement vendable puisqu'il a une durée de conservation très limité. Vous pouvez vendre presque tout sur un cadavre sauf ça, excepté s'il s'agit d'une extrême urgence. Saviez vous que les bijoutiers font parfois des bijoux avec des dents, les perruquiers avec de vrai cheveux, et le monde tourne ainsi. Je ne suis qu'un pion qui sait où est sa place. Peut-être que mon laboratoire représente l'endroit où je voudrais être pour éviter de me faire tuer dans les rue de New York mais la vérité c'est que c'est le seul endroit où je me sente bien, maître de moi-même. Et puis ce n'est pas comme si je me sentais vraiment seul, j'ai un chien et j'avais un chat avant, mais je crois qu'il a disparut en même temps qu'un cadavre dans l'incinérateur. Pauvre de lui paix à son âme. Voilà tout ce que j'ai a dire. Il est triste de voir que je parle alors que je suis en train de vous découper, mais la poste de nos jours vous savez n'est pas très fiable. »





YOU & YOURSELF
Mais qui donc se cache sous le masque ?



Ton p'tit nom/pseudo :
Ton âge :
Un ou plusieurs comptes sur le forum ?
Comment as-tu connu le forum ?
Et comment tu le trouves ?
Quelque chose à ajouter ?

Merci à toi, nous te souhaitons la bienvenue sur Weins ~ Le staff reste à ta disposition si tu rencontres le moindre problème. Souviens toi, tu disposes d'une semaine pour remplir ton dossier ; s'il te faut plus de temps n'oublie pas de le signaler. A très bientôt ♫



Revenir en haut Aller en bas
 
Sans nom || croque-mort
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [résolu]Antivir me signale sans arrêt que j'ai un virus quand j'utilise firefox
» transferer SANS FIL la video d'un pc sur une tv
» [Résolu] Clavier sans fil faisant des siennes...
» Question sur d-Link sans fil ?
» Protection de zone sans détecteur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Crazy stupid Life : nevada Graphisme :: Administration :: Présentation faites-
Sauter vers: