AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Leopoldine C. Odgen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://crazy-stupid-life.forums-actifs.com
Nevada
J'ai posté : 532 hiboux, et me suis inscrit le : 22/04/2012

Ma Carte de Chocogrenouille
épouvantar:
patronus:

MessageSujet: Leopoldine C. Odgen  Lun 7 Juil - 20:35




je découvre mon don
ET DANS LES TÉNÈBRES BRILLE UNE LUMIÈRE, UN ESPOIR...
ils ont dit que j'étais une sor'cière




Mes parents m'ont baptisés Léopoldine Céleste & j'ai dû porter leur nom , Delanay avant de choisir de m'appeler Odgen . Mais habituellement, on m'appelle plutôt Léo J'ai eu mes premières règles à l'âge de 12 ans, j'ai détesté ça et maintenant j'en ai 17. Ce fameux jour j'ai découvert que je n'étais pas celle que je croyais, que je possédais un don, fabuleux mais tellement terrifiant. On m'a dit que j'étais une Sor'cière. Mais moi j'vous dit que je suis plutôt indépendante, méprisante, persévérante, arrogante, égoïste, forte. J'suis juste humaine, rien de plus. Mon familier est une panthère noire.



MAIS J'AI BEAU DIRE Y A DES TRUCS BIZARRES QUI SE SONT PASSÉS,
j'crois devenir folle.


Née dans une famille a la qualité modeste, elle appréciait ses parents, mais sans réelle affection. Elle haïssait son grand-frère d'être un homme, même si celui-ci lui disait que ce n'était pas de sa faute. Elle a vécu une enfance très mouvementé bien que cette famille anglaise, n'était pas du genre à bouger. Non en fait, Léopoldine puisque c'est ainsi qu'on l'appela, adorait courir, crapahuter dans les arbres, nager et faire tout ce que son corps lui permettait. Les blessures, elle pleurait pour la douleur pendant quelques temps, mais retourner jouer quelques minutes après. Au fur et à mesure, ces blessures ne lui firent plus chaud ni froid.

Pendant toute son enfance, ses parents ont été des personnes très aimantes qui lui donnait autant d'amour que c'est possible. Mais le problème de Léo est qu'elle n'aimait pas beaucoup de chose en général. Pas forcément chochotte, mais on pouvait souvent l'entendre dire « j'aime pas ! » d'un ton brut, sans appel. Ce que ces parents n'appréciaient pas. Bien souvent ils lui criaient dessus lorsqu'elle osait prononcer ces mots et comme un défi elle recommençait.

Durant la nuit, il arriver à Léo de penser qu'elle venait d'une famille de nymphe ou de toute autre créature magique étrange, car elle était certaine qu'elle ne pouvait appartenir à la famille Delaney. Pourquoi me direz-vous ? Vous savez comment sont les enfants, ils inventent toute sorte de chose, mais cela lui permettait de survivre, de penser qu'elle serait bien plus importante que le reste du monde, qu'elle serait meilleurs que les Delaney, son frère et ses parents. Elle voulait être importante, que tout le monde la voit, qu'elle soit spéciale.

C'est donc sur cette pensée, que Léopoldine grandit, en ne voulant pas être comme les autres, en étant différente. Une nuit ou plutôt un matin lorsque l'alouette n'a pas encore chanté, la jeune filel alors âgée de douze ans, se réveilla par une étrange lumière blanche. Elle en a eu très peur, mais totalement stupéfaite, elle n'a rien fait, ni cri, ni mouvement. Mais Léopoldine savait qu'elle devait en parler à quelqu'un. Elle est partie voir ses parents pour leur montrer sa main qui luisait. Elle n'a même pas fait attention à ses règles, elle s'en fichait, même si elle a haït plus tard le fait de les avoir. Sa mère n'a pas tout de suite compris ce qui se passait, mais se souvenant d'une ancienne légende, elle lui a ouvert un livre sous les yeux, pour que sa fille tente peut-être de comprendre ce phénomen.  

Quelques jours plus tard, elle reçut une lettre en lui expliquant qu'il existait une école pour les sor'cière comme on les appelait. Ses parents ont arrêter de la regarder comme si elle était leur fille et voyant leur fille devenir un être étrange, ils lui ont annoncé qu'elle avait été adoptée. Léopoldine n'en a pas été vraiment surprise, mais elle a tout de même était triste. Même si elle n'était pas forcément très proche de ses parents, c'était tout de même ceux qui l'avait élevé. Au fond pourtant la jeune fille savait qu'elle ne vivrait maintenant plus que pour Bellarosa, son nouveau foyer.

Lorsqu'elle est arrivée à Bellarosa, on lui a demandé son nom, comme c'était totalement normal. On l'a appelé Léopoldine Céleste Delanay, mais elle a répondu d'un ton sec que ce n'était plus Delanay, mais Odgen. À quoi cela servait d'utiliser le nom de sa famille adoptif qui l'avait en quelque sorte renier ? Elle aurait peut-être dû chercher ses véritables parents, mais elle avait bien trop peur de qui cela pouvait être. D'autant que si elle ne rêvait plus d'appartenir à une famille magique, ces rêves de petite fille la hantait toujours. Indépendante, elle serait. C'est ce qu'elle décida en devant un être à part entière Léopoldine Odgen.



J'VOUDRAIS BRILLER COMME UNE ETOILE MAIS J'AI PEUR QU'ON ME
perde de vue si jamais le ciel se voile



Léopoldine est une jeune fille très indépendante. Elle n'a jamais aimé être attachée à quelqu'un par importe le lien, que ce soit le sang ou la parenté. La demoiselle pense qu'éprouver de l'affection pour quelqu'un est une faiblesse qu'elle ne veut pas ressentir. Car elle se doit d'être forte, physiquement et mentalement. C'est ainsi qu'elle a toujours vécu depuis son plus jeune âge. Elle a beaucoup de mépris pour les autres, qu'elle trouve minable, pitoyable et faible. De ce fait elle possède beaucoup d'amour propre et aime à être toujours présentable, une qualité qu'on peut lui accorder. Malgré tout elle aime son originalité et se fiche un peu de ce qui se dit sur elle. D'un caractère persévérant et égoïste, elle cherche absolument à avoir ce qu'elle veut. Elle est capable également de bailler lorsqu'on se confie à elle, ce qui peut en agacer certain. C'est sûrement cette particularité qui peut la rendre irrespectueuse, arrogante et méchante lorsqu'on la dérange trop abruptement dans ses réflexions. Mais elle peut ne pas être totalement désagréable à des moments, être même plutôt amicale mais cela pendant une durée limité. Même si elle est dominé par ses émotions et qu'elle pense surtout à assouvir ses besoins à elle, c'est une ''poète'' dans l'âme si on veut qui aime bien discuter tranquillement parfois. Léopoldine possède un certain sens de l'auto-dérision si elle en est à l'initiative. Elle peut être parfois comique, faire rire par-ci ou par-là, mais elle n'est pas tellement sociable sans être vraiment très timide.

Au niveau physique, ce sera très bref. Léopoldine est presque une vraie femme et pourtant on pourrait parfois la confondre avec un garçon. Elle aime porter les cheveux courts depuis qu'elle est toute petite, car elle trouve ça plus facile pour courir. D'autant qu'elle n'aimerait pas devoir les attacher. Elle a un physique très peu féminin et on lui dirait presque qu'elle ressemble à une planche à pain. Peu de poitrine, bien que celle-ci se développe au fur et à mesure que son dix-huitième anniversaire approche, de même que ces formes. Léo pourtant aurait adoré rester avec ce physique de garçon. Elle a toujours voulut être un garçon, et en veut énormément aux hommes d'être ce qu'ils sont.  

En ce qui concerne ses hobbies et ses habitudes, Léo est une adepte de la peinture (à la bombe principalement). Elle adore visiter des musées ou des galeries d'art ou tout simplement se mettre en haut d'une tour ou personne ne la gênera pour dessiner. Jamais personne n'a vu ses dessins, et rare sont ceux qui savent qu'elle peint. Elle aime également beaucoup la mode et se plaît à créer, coudre des vêtements qu'elles portent couramment. Parfois elle en fait pour les autres, mais c'est tout de même rare. En ce qui concerne le sport, elle adore nager. Comme elle n'est pas obligée de porter un bonnet hideux, ses cheveux étant déjà court, elle sent encore mieux le contact de l'eau sur sa peau. Son ambition dans la vie est de devenir artiste, soit créatrice de mode soit peintre, mais elle sait qu'elle finira sans doute comme n'importe qui. Et elle ne peut pas se le permettre.




j'suis derrière l'écran


YOPLA ; moi c'est Nevada ou Ladybiirds ou tout simplement Nevena ; j'ai 18 PRINTEMPS (bientôt 19) & un cerveau ramoli en plus. J'ai aussi uncoup de cœur pour le contexte et le design . En fait je suis arrivée par l'intérêt qu'une amie avait pour ce forum. J'le connaissais de PRD apparemment. Oh et puis j'vous aime fort, la preuve j'ai fais l'élève sage j'ai lu le règlement, SI SI T'AS VU !


(c) MEI SUR APPLE SPRING

Revenir en haut Aller en bas
 
Leopoldine C. Odgen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Crazy stupid Life : nevada Graphisme :: Administration :: Présentation faites-
Sauter vers: